Trois Chansons

- Nicolette

- Trois Beaux Oiseaux du Paradis

- Ronde

Ravel composa ces chansons en 1915. Il en écrivit lui-même les textes, un peu dans l’esprit de Rabelais.

« Nicolette » est sans aucun doute la cousine du Petit Chaperon Rouge (personnage d’un conte de Perrault). Se promenant au bois, elle rencontre un vieux loup grognant qu’elle éconduit tout comme un jeune page joli, leur préférant finalement un vieillard puant et ventru, mais plein d’écus.

« Trois Beaux Oiseaux du Paradis » est une délicate mélodie accompagnée où chacune des voix est soliste tour à tour. Il s’agit de trois messages de la guerre qui apportent espérance à la jeune fille pour finalement lui transmettre la nouvelle de la mort de celui qu’elle aime.

Dans « Ronde », les vieilles femmes mettent en garde toutes les jeunes filles des effroyables monstres du bois d’Ormonde, satyres et centaures, sorcières, magiciens, cyclopes et autres épouvantables créatures mythiques. Les jeunes filles répondent que de toute façon, elles n’iront plus au bois d’Ormonde car les vieilles ont effarouché toutes les créatures qui l’habitaient.