VICTORIA HARMANDJIEVA // un programme Musicatreize - $u->lm($dReponse['event'], 'date_event_', $lang)

VICTORIA HARMANDJIEVA // un programme Musicatreize

Jeudi 10 janvier à 20h

Salle de Concert Musicatreize

VICTORIA HARMANDJIEVA piano

 

programme:

Modest Moussorgsky Les tableaux d’une exposition

Maurice Ohana Trois caprices

 

Rens / résa : Musicatreize 04 91 00 91 31

tarifs : 15 euros / 11 euros

 

Le programme : 

À l’instar du baiser du prince réveillant quelque Belle au bois dormant, seul un regard peut alors réanimer ce qui a été « endormi ». Commentaire sur « Le Livre d’Images » d’Alberto Manguel

 

Aujourd’hui, ma lecture des « Tableaux d’une Exposition » de Moussorgsky touche à mon expérience de vie dans le contexte du régime totalitaire, d’un pays endoctriné et au passage - ah, ces promenades ! - entre l'Est et l'Ouest, entre le monde des "petits" et celui des "grands". Dans ce cycle, malgré la multitude d’images, je vois un seul tableau : celui de la condition humaine misérable qui par manque d'identité ou en raison d'une forte névrose traumatisante s'empare des états extrêmes - statuts creux – masques. Angoisse (Gnomus), extrême élégance ou dandysme (Tuileries), la profusion et la misère (Samuel Goldenberg et Schmuyle), panique (Le Marché de Limoge) jusqu’au handicap physique (La Maison sur Une Patte) et l’orthodoxie (La Grande Porte de Kiev).

Mon regard a perçu à la fin de chaque tableau de Moussorgsky un élément étonnant : un trait, souvent (extrêmement) virtuose ou laconique, que j’ai nommé « la fuite ». L’inauthenticité de « ce » qui prétend être, fait que le statut accaparé devient insupportable, sentiment de l'impuissance terrible, qui comme seul chemin prend la fuite vers ... un autre "masque", un autre « sans issue ». Cette œuvre dépasse les frontières de la création purement musicale, elle va au-delà même de l'idée conceptuelle,  elle est un positionnement. Une œuvre de dramaturgie contemporaine.

C’est la femme de l’Ouest que je suis devenue qui fait le choix des Trois Caprices de Maurice Ohana : Enterrer et se taireHommage à Luis MilanPas….

Victoria Harmandjieva