Régis Campo

© Christophe Daguet

 

Régis Campo est né en 1968 à Marseille.

Après des études d’écriture et de composition auprès notamment de Georges Bœuf (1er Prix de composition, 1993) et Danièle Sainte Croix au conservatoire de sa ville natale, de philosophie à la faculté de Lettres d’Aix-en-Provence (Licence de Philosophie, 1989), il poursuit ses études à Paris au C.N.R de Paris dans la classe de Jacques Charpentier (1er Prix de composition à l’unanimité, 1994) et enfin au  Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Alain Bancquart puis Gérard Grisey où il obtient un Premier Prix de Composition en 1995. Il rencontre alors à Paris de grands compositeurs indépendants comme Edison Denisov

Son style privilégie l’humour, le plaisir du jeu instrumental et une grande vitalité des tempos qui l’amène  à devenir  l’une des figures dominantes de la jeune génération des compositeurs français. Gustav Mahler, Igor Stravinsky, Charles Ives et Olivier Messiaen pour le vingtième siècle font partie des maîtres les plus admirés du compositeur.

Il reçoit en 1996 le prix hollandais de la Fondation  Gaudeamus pour son œuvre Commedia. La même année, son quintette de cuivres Exsultate Jubilate reçoit trois prix au concours Henri Dutilleux.

En 1999, la Sacem lui décerne le Prix Hervé Dugardin  et l‘Académie des Beaux-Arts (Institut de France) le Prix Pierre Cardin.

De 1999 à 2001, Régis Campo est  pensionnaire à l’Académie de France à Rome (Villa Médicis).

En juin 2001, l’Opéra de Francfort avec l’Ensemble Modern monte son opéra de chambre Nonsense Opera.

En janvier 2003, il prend la succession de la classe de composition de Georges Bœuf au C.N.R de Marseille.

Lumen  pour orchestre fut joué par le Berkeley Symphony Orchestra sous la direction de Kent Nagano en septembre 2001 à Berkeley, Californie. Sa Première Symphonie lui fut commandée en avril 2003 par les mêmes interprètes à Berkeley également.

La cantatrice Dame Felicity Lott a créé en novembre 2003 au théâtre des Champs Elysées Happy Birthday pour soprano et orchestre avec l’Ensemble orchestral de Paris dirigé par John Nelson.

En 2005 la Sacem lui décerne le Prix Sacem des jeunes compositeurs, et L’Institut de France le Prix “Georges Bizet”. Son dernier Cd « Pop-art » du label Aeon reçoit un « Coup de cœur –Charles Cros » et sera sélectionné pour le Grand Prix Lycéen des compositeurs pour 2006.

Sa Deuxième Symphonie “Moz’art”  est créée en septembre 2005 par l’Ensemble Orchestral de Paris sous la direction de John Nelson lors de  l’ouverture de sa saison 2005-2006 au théâtre des Champs Elysées.

Régis Campo vient de composer  son Premier Quatuor à cordes : ”les Heures Maléfiques” –  une commande du Festival Beethoven à Bonn pour le Quatuor Ysaÿe (création  en septembre dernier).

Le 1re Octobre dans le cadre de la “Nuit Blanche” de Paris , la Halle St Pierre acceuille durant toute la nuit 100 saxophonistes avec la création des Sonneries-fanfares de Régis Campo sous la direction de Kanako Abe.

En octobre dernier l’ensemble vocal Musicatreize sous la direction de Roland Hayrabedian chante en première audition Les Cris de Marseille au festival Octobre en Normandie à Dieppe et Rouen. L’ensemble Musicatreize jouera la version définitive en avril à Nanterre.

Ses œuvres sont largement diffusées à travers l’Europe et le monde entier par de nombreux ensembles ou orchestre de renom.

Son catalogue – riche de plus d’une centaine d’œuvres – aborde diverses formations instrumentales ou vocales comme Commedia (95) pour 19 musiciens, le Concerto de chambre pour 7 musiciens (96), le Concerto pour violon (97- révision 2001), le Livre de Sonates (97-99) pour orgue, le Concerto pour piano et orchestre  (98-99), Nova (99) pour 12 voix mixtes, grand chœur mixte et ensemble, le Livre de Fantaisies pour violoncelle (99), Faërie (2000-2001) pour orchestre, Happy Bird (2001) concerto pour flûte, 2 cors, percussion et orchestre à cordes, Lumen (2001) pour orchestre. Premier Livre (2000-2002) pour piano, Symphonie N°1 (2002-2003) pour orchestre, Ouverture en forme d’étoiles  (2004) pour orchestre, Symphonie N°2 “Moz’art” (2005) pour orchestre.