Nonsense 1952

Cinq chœurs à quatre voix mixtes a cappella de Goffredo PETRASSI, sur des poèmes d’Edward LEAR, adaptés de l’anglais en italien par Carlo IZZO.

 

Les poèmes sont de petits épigrammes à forme fixe, qui racontent une histoire pour enfants.

Avec les « nonsense », PETRASSI, qui se tourne généralement vers des textes d’inspiration religieuse ou philosophique, reconnaît avoir voulu « s’amuser avec des phonèmes ».

Ces pièces burlesques, dans la tradition de la Commedia dell’arte, sont remarquables par les jeux de sonorités « orchestrales » exigées du chœur, le raffinement de l’écriture harmonique et rythmique et la théâtralité, amplification ironique du texte.

 

Le titre des textes d’Edward Lear, Nonsense, illustre tout à fait le parti pris de ces cinq chœurs de Petrassi : « Il était une fois… une demoiselle dont le nez poussa tant qu’elle perdit de vue la pointe… un vieux musicien qui pour chasser le serpent installé dans sa botte joua nuit et jour de la flûte… un vieillard de Rovigo qui pour lutter contre l’ennui, s’assit sur une chaise et mourut… une demoiselle de Pozillo dont le menton, était si pointu qu’elle s’en servait pour jouer de la harpe… une vieille de Polla qui pour se dégager d’une foule oppressante joua hardiment du bâton ».