Miroir-Absence 1995

pour piano

 

Le poème d’Alain Bosquet qui ne comporte que quelques vers, est un long poème.

La distance qui sépare le premier mot (miroir) du dernier mot (absence) représente tout un parcours accompli dans l’imagination du lecteur.

La musique propose une interprétation de ce parcours; elle tente de concrétiser la résonance des mots.

La seule ambition est d’en être l’amplificateur.

 

                                                                                                             Georges Boeuf