La cifra en laberintos 2000

2 violons, 1 alto, 1 contrebasse, 2 clarinettes, 1 hautbois, 1 cor, 1 trombone, 1 percussion, 1 voix.

 

La Cifra de Jorge Luis Borges (1981) m'est venu immédiatement à l'esprit, après ma conversation avec Roland Hayrabedian et l'invitation pour son projet d'anniversaire de l'ensemble. Dans ce recueil de poésies, deux sont le plus marquantes pour mon travail musical : "El cómplice" où l'auteur exprime la vulnérabilité d'un poète (peut-être de lui-même) et "Un sueño " où sa forme me fait rappeler une autre poésie ("El laberinto" - dans Atlas, 1984). Labyrinthes dédaléens chères formes, jeux, que Borges, a su exploiter avec génie dans l'univers de ses œuvres.
Les rythmes de ces poésies m'ont fait penser d'une façon allégorique à la musique rituelle et au théâtre du "Kerala" de l'Inde du sud. Ainsi mon choix d'écrire dans une tessiture restreinte pour la voix, comme les récitations des acteurs - danseurs.
Par rapport au texte, certaines citations sont principalement de Borges.
D' autres sont de moi-même (surtout des palindromes) et des phrases de quelques auteurs connus ou moins connus, qui suscitent un regard admiratif comme MC Solaar, Luis Alberto Spinetta ou Miguel Abuelo : " tira las palabras finas, que no sirven más, guarda las sabias ".- (No se desesperen -1987)


Octavio Lopez