D'Monstrantz vöögeli

Pour chants d'oiseaux sur CD et 12 voix solistes

 

D'Monstrantz vöögeli est le mouvement principal (et central) de ma suite chorale en trois mouvements "Le caneton inquiétant", dont le titre est emprunté à une peinture de l'artiste danois Asger Jorn. Cette suite est un hommage à l'artiste suisse schizophrène Adolf Wölfli (1865-1930), qui donne aussi son titre à ce mouvement et aux fragments chantés.

La suite a été composée pour le groupe vocal Ars Nova en 1985. D'Monstrantz vöögeli, qui peut être joué séparément, utilise des objets trouvés*, comme dans la peinture de Jorn ; ceux-ci ne sont que des captations non-montées de chants d'oiseaux, principalement le troglodyte mignon, le merle bleu, et le rossignol progner. Le CD avec les chants d'oiseaux est diffusé parallèlement à l'exécution en directe des chanteurs, en temps réel*, deux fois moins vite et quatre fois moins vite, afin de permettre à l'auditeur d'entendre, pendant les tempi plus lents, l'incroyable virtuosité des oiseaux. Les chanteurs tentent de s'inspirer des oiseaux et de les imiter, par exemple dans la mélodie parfaitement exacte à 12 tons du troglodyte mignon, qui est distribuée entre les douze chanteurs (siffleurs) ; ces derniers articulent également les fragments du texte de Wölfli en copiant le roitelet.

A la fin, alors que le CD diffuse dans un tempo ralenti quatre fois, la mélodie du rossignol progner, les voix chantent les mots de ce poème de Wölfli :

"Sterben ist Seliger denn leben" ("Mourir est plus doux que vivre") sprach der heilige Geist.(dit le Saint Esprit.) Und von Stunde an (A partir de cet instant) sah ich Alles grühn. (j'ai vu tout en vert.)

 

Per Nørgård

 

* en français dans le texte.