Cries of London

«  ... Particulièrement curieux de toutes les émissions vocales, BERIO n’hésite pas à intégrer dans ses œuvres les voix et les techniques de pratiques populaires différentes, ni même à reproduire à distance dans le temps et avec des moyens nouveaux dans la situation actuelle la démarches des compositeurs du passé.

Ainsi, Cries of London - 1974/1976 - dans ces deux versions -  une première pour les King’s Singers (deux haute-contre, un ténor, deux barytons et une basse), et une plus récente pour les Swingle II (deux sopranos, deux contraltos, deux ténors, deux basses) - est une  stylisation moderne d’une pratique musicale ancienne, celle des Cris parlés/chantés des camelots londoniens.

La voix naturelle, les inflexions spécifiques, la vitesse d’articulation et les intonations réductrices constituent pour BERIO l’attrait de ces énoncés populaires.

A partir de cette matière brute avec ses textes originaux anciens, le compositeur écrit une œuvre musicale cohérente où se condensent bizarrement les cris du vieux Londres, la musique des Abbagnate siciliens, la tradition des Cris de Londres ou les Cris de Paris chez DOWLAND et JANEQUIN, l’écriture du madrigal chromatique et l’énonciation vocale contemporaine.

Cries of London forment un cycle de sept pièces chantées au caractère populaire, soumises à une structure globale conventionnelle. La répétition à distance du même texte et, en partie, de la même musique dans la première, la troisième et la cinquième pièce - « This one the Cries of London town... » reproduit le principe chargé d’histoire de la forme rondo.

Le refrain simple dont la texture transparente rappelle le madrigal chromatique, homophone et polyphonique, tout en stylisant les Cris des vendeurs dans les figures imitées des appoggiatures, est toujours suivi par des pièces beaucoup plus complexes... ».

                                                                                                      Ivanka STOIANOVA