Cinq Haïkus

J’ai toujours pensé que composer de la musique, c’était faire irruption en des lieux inconnus, imprévisibles, surprenants. Quelle belle occasion que de tenter cette aventure en composant une pièce en cinq épisodes successifs, espacés dans le temps, sur de brefs poèmes comme des haïku, ignorant pour chacun d’entre eux au moment de la composition et de l’exécution quelle sera la suite. Sans doute une liberté plus grande dans l’invention, un moyen aussi de renforcer la singularité et le caractère propre de chaque perle de cet étrange collier, appelé à ne livrer son secret qu’une fois terminé. Voyage poétique à suspens qui j’espère, tiendra ses promesses.

 

Guy Reibel