Canti corali 1988

Sur La morte meditata de Giuseppe Ungaretti.

 

Au cœur d’un livre nommé « La vie d’un homme » et d’un recueil titré « Sentiment du temps », Giuseppe Ungaretti, peut-être le plus grand poète italien du XXème siècle, médite sur la mort. En six chants, il la désigne, l’invective, la caresse ; il lui parle, avec véhémence ou tendresse, jamais avec horreur. C’est la conversation d’un homme, marqué comme les autres par son destin, avec « la femme qui passe Comme une feuille Et qui laisse aux arbres un feu d’automne ».

 Canti corali, primitivement confiés à un chœur a cappella, ont été révisés avec accompagnement d’orchestre en 1990. C’est l’ensemble Musicatreize (12 voix mixtes) qui les avaient créés à Marseille, en 1988, sous la direction de Roland Hayrabedian.

 Lucien Guérinel